Dire

Par défaut

Slip away, Greg Taylor


Je suis fautive, j’ai laissé l’inconnu se glisser entre nous.

Un peu plus loin de toi chaque jour, mes mots souffraient.

Je souhaitais les taire pour que nos retrouvailles soient légères.

Mais je me suis cachée de toi, j’ai caché cette vérité.

Mes non-dits seront tus à jamais, là est l’intervalle.

 

J’ai mué, pris de nombreuses formes,

Luttant contre moi-même, contre les mensonges et les chimères.

Et toi toujours constant, je te savais et te sais toujours présent.

J’entendais chaque jour ta voix en moi

Tel un guide bienveillant qui éclaire le chemin.

Et je garde cette certitude que c’était toi.

 

Tu t’es contenté de mon souvenir,

Chaque jour, chaque instant.

Aujourd’hui, tu ne sais plus qui je suis.

Je ne peux plus te promettre, je n’ai que trop trahis.

 

Aujourd’hui, ton souhait est le silence,

Il est la seule promesse que je dois tenir.

 

A cette douceur du matin, j’accroche une pensée,

L’espoir que demain je te rencontre à nouveau.

Publicités

"

  1. Il n’y a pas de faute, en amitié…

    Nous sommes encore entrain d’apprendre, ce qui ne serait pas tourner comme les insectes autour de la lampe la nuit…
    Doucement toucher la source en soi, celle qui nous fait ouvrir les bras… être ensemble, que la parole circule, c’est énergie.

    C’est bien ce blog à deux voix, j’aime cet endroit, il respire doucement.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s