Archives de Catégorie: Ambiances

Ces petits bruits familiers, chants de la Nature, ceux que nous oublions parfois d’écouter.

Trois petits oiseaux

Par défaut


by Dave and Trey.

« Don’t worry about a thing, 
‘Cause every little thing gonna be all right. 
Singin’: « Don’t worry about a thing, 
‘Cause every little thing gonna be all right! » 

Rise up this mornin’, 
Smiled with the risin’ sun, 
Three little birds 
Pitch by my doorstep 
Singin’ sweet songs 
Of melodies pure and true, 
Sayin’, (« This is my message to you-ou-ou: ») 

Singin’: « Don’t worry ’bout a thing, 
‘Cause every little thing gonna be all right. » 
Singin’: « Don’t worry (don’t worry) ’bout a thing, 
‘Cause every little thing gonna be all right! » 

Rise up this mornin’, 
Smiled with the risin’ sun, 
Three little birds 
Pitch by my doorstep 
Singin’ sweet songs 
Of melodies pure and true, 
Sayin’, « This is my message to you-ou-ou: » 

Singin’: « Don’t worry about a thing, worry about a thing, oh! 
Every little thing gonna be all right. Don’t worry! » 
Singin’: « Don’t worry about a thing » – I won’t worry! 
« ‘Cause every little thing gonna be all right. » 

Singin’: « Don’t worry about a thing, 
‘Cause every little thing gonna be all right » – I won’t worry! 
Singin’: « Don’t worry about a thing, 
‘Cause every little thing gonna be all right. » 
Singin’: « Don’t worry about a thing, oh no! 
‘Cause every little thing gonna be all right!

Vers une fontaine

Par défaut

Chapitre XXIII

– Bonjour, dit le petit prince.

– Bonjour, dit le marchand.

C’était un marchand de pilules perfectionnées qui apaisent la soif. On en avale une par semaine et l’on n’éprouve plus le besoin de boire.

– Pourquoi vends-tu ça? dit Le Petit Prince.

– C’est une grosse économie de temps, dit le marchand. Les experts ont fait des calculs. On épargne cinquante-trois minutes par semaine.

– Et que fait-on des cinquante-trois minutes?

– On fait ce que l’on veut…

« Moi, se dit Le Petit Prince, si j’avais cinquante-trois minutes à dépenser, je marcherais tout doucement vers une fontaine… »

Peurs

Par défaut

Peur …
… des petites bêtes,
… des grosses bêtes,
… du noir,
de l’inconnu,
… de l’autre,
… de la solitude,
… de l’abandon,
… du vide,
du silence,
… des mots,
… de l’échec,
de perdre,
… de tomber,
… des maladies,
… de voir,
de toucher,
… d’être touché,
… de ressentir,
… de la douleur,
… de la mort,
… d’avancer,
… d’aimer,
d’être,
… de vivre.

Dis-moi petit d’homme,
Dans ta bulle,
Paralysé par tout,
Pourquoi donc as-tu peur?

La Forêt

Par défaut

Relaxation Sounds of the Forest (Extended)– thème sur la forêt

 

 

 

 

 

L’amitié, se pratique dans la plus grande modération d’action,

comme lorsque tu traverses une forêt, ce qui est important,

ce n’est pas ce que tu vas y voir, y faire.

Le plus important

c’est de laisser le moins de traces possible de ton passage.

Ainsi se veut mon amitié, respecter l’autre pour ce qu’il veut être,

et n’y rien ajouter qu’il veuille te prendre de son gré.

Un bon ami doit savoir me voler, car je ne lui donnerai rien.

 

Je suis l’ami qui se terre dessous les feuillages des chênes,

l’ami qu’on ne voit pas ou très furtivement,

celui que l‘on croit toujours absent,

mais qui ne l’est pas.

 

Ron Uribe

Des couchers de soleil

Par défaut

Le Petit Prince, Antoine de Saint-Exupéry

CHAPITRE VI


Ah! petit prince, j’ai compris, peu à peu, ainsi, ta petite vie mélancolique. Tu n’avais eu longtemps pour distraction que la douceur des couchers de soleil. J’ai appris ce détail nouveau, le quatrième jour au matin, quand tu m’as dit:

– J’aime bien les couchers de soleil. Allons voir un coucher de soleil…

– Mais il faut attendre…

– Attendre quoi ?

– Attendre que le soleil se couche.

Le petit Prince de Saint Exupéry

Tu as eu l’air très surpris d’abord, et puis tu as ri de toi-même. Et tu m’as dit:

– Je me crois toujours chez moi !

En effet. Quand il est midi aux États-Unis, le soleil, tout le monde le sait, se couche sur la France. Il suffirait de pouvoir aller en France en une minute pour assister au coucher de soleil. Malheureusement la France est bien trop éloignée. Mais, sur ta si petite planète, il te suffisait de tirer ta chaise de quelques pas. Et tu regardais le crépuscule chaque fois que tu le désirais…

– Un jour, j’ai vu le soleil se coucher quarante-trois fois !

Et un peu plus tard, tu ajoutais:

– Tu sais… quand on est tellement triste on aime les couchers de soleil…

– Le jour des quarante-trois fois tu étais donc tellement triste ?

Mais le petit prince ne répondit pas.