Archives de Catégorie: Images

Des images sages, des images faites de plumages pretes à s’envoler.

Perception

Par défaut

gouttes

L’émotion de la goutte d’eau, qui glisse en s’étirant sur la nervure d’une feuille d’eucalyptus, elle serpente et rencontre une autre goutte venue par un autre chemin.

 
Elles fusionnent dans un baiser de reconnaissance qui les avale d’un seul coup, une émotion qui va grossissant comme à éclater, une poignée de lumière verte qui passe au travers comme un faisceau de flèches, qui vient toucher un de mes yeux, le toucher à le mouiller, un jet de lumière minuscule et humide et l’émotion qui va grossissant…et la goutte qui chute dans le vide, juste sur un de mes pieds, si légère mais pas assez pour n’être point perçue… 

 
Un escargot qui passait à quelques centimètres et qui prit sans doute quelques « minusculaires » éclaboussures sur ses cornes-doigts, comme un éblouissement….

Ron, http://desmotsetduslience.eklablog.fr/poesie-sans-poete-c681566

Tiédeur du printemps

Par défaut

Mésange d'hiver

Je suis sortie pour sentir les dernières gouttes de  pluie
Et je suis restée là, dehors, un petit moment.
Le soleil perçait les fins nuages, très légèrement,
Tel un éclat de rire, alors, en retour j’ai souris.

D’un envol innocent, une mésange se posa
Juste sur cette branche tout prêt devant moi.
Elle me salut d’un petit chant aigu, et à nouveau s’envola.
Se peut-il que la tiédeur du printemps revienne déjà?

J’inviterai l’enfance

Par défaut

J’INVITERAI L’ENFANCE
Paroles et musique: Félix Leclerc


J’inviterai l’enfance à s’attarder le temps qu’il faut
Qu’elle empoche des images pour les soirées d’hiver
Pour les longues, longues heures de l’adulte
Qui n’en finit pas de pousser sur l’ennui
Deux clairons dans tes bagages, un air de flûte
Une botte de légumes, du vin, le sourire de quelqu’un mort
Une trace qui mène à l’île perdue
Un anneau d’or
Un masque drôle

Quand absent est l’amour et que tes frères sont morts
Quand présent est le vide et que la nuit demeure
Les rêves sont bien nécessaires
Et les enfants nouveaux poseront dans la main de l’homme seul
Les leurs ouvertes
Chaudes et nues
J’inviterai l’enfance à s’attarder le temps qu’il faut

Incompréhensions

Par défaut


C’est cela le chemin difficile, incompréhensif, rebutant : renoncer à soi-même quand on n’avait que cela à offrir.
Michèle Mailhot

 

 

 

 

 

 

 

«Le chemin est facile pour aller vers soi, c’est renoncer à soi qui est difficile bien sûr, mais aussi parce que ce n’est pas un chemin. Si c’est difficile, incompréhensif, rebutant, autant ne pas y aller 😉
Vivre c’est comme respirer, c’est tellement plus simple.»

Lullaby

Par défaut

Chuchotons des mots

doux à nos enfants,

Chantons des berceuses

sereines chaque soir,

Bordons-les

remplissant leurs lits de rêves

et de tout l’amour

que nous avons pour eux,

pour que dans leurs matins, ils s’éveillent et puissent vivre pleinement.

Et ça j’y crois, qu’ils puissent garder la lumière en eux

Car ils ont déjà cette flamme, nos enfants.

Tout ce que nous avons à faire c’est de ne pas l’éteindre, jamais.

Et puis d’une bougie on peut en allumer plusieurs.


Lullaby, pour Tapale