Tiédeur du printemps

Par défaut

Mésange d'hiver

Je suis sortie pour sentir les dernières gouttes de  pluie
Et je suis restée là, dehors, un petit moment.
Le soleil perçait les fins nuages, très légèrement,
Tel un éclat de rire, alors, en retour j’ai souris.

D’un envol innocent, une mésange se posa
Juste sur cette branche tout prêt devant moi.
Elle me salut d’un petit chant aigu, et à nouveau s’envola.
Se peut-il que la tiédeur du printemps revienne déjà?

Publicités

Pour se remettre dans la danse

Vidéo

Seems like everybody’s got a price
I wonder how they sleep at night
When the sale comes first and the truth comes second
Just stop for a minute and smile

Why is everybody so serious?
Acting so damn mysterious
You got your shades on your eyes and your heels so high
That you can’t even have a good time

Everybody look to their left
Everybody look to their right
Can you feel that? Yeah
We’ll pay them with love tonight

It’s not about the money, money, money
We don’t need your money, money, money
We just wanna make the world dance
Forget about the price tag

Ain’t about the cha-ching, cha-ching
Ain’t about the ba-bling, ba-bling
Wanna make the world dance
Forget about the price tag

We need to take it back in time
When music made us all unite
And it wasn’t low blows and video hoes
Am I the only one gettin’ tired?

Why is everybody so obsessed?
Money can’t buy us happiness
Can we all slow down and enjoy right now
Guarantee we’ll be feelin’ alright

Everybody look to their left
Everybody look to their right
Can you feel that? Yeah
We’ll pay them with love tonight

It’s not about the money, money, money
We don’t need your money, money, money
We just wanna make the world dance
Forget about the price tag

Ain’t about the cha-ching, cha-ching
Ain’t about the ba-bling, ba-bling
Wanna make the world dance
Forget about the price tag

Yeah, yeah, well, keep the price tag and take the cash back
Just give me six strings and a half stack
And you can keep the cars, leave me the garage
And all I, yes, all I need are keys and guitars

And guess what, in 30 seconds I’m leaving to Mars
Yes, we leaving across these undefeatable odds
It’s like this man, you can’t put a price on life
We do this for the love, so we fight and sacrifice every night

So we ain’t gon’ stumble and fall, never
Waiting to see, a sign of defeat, uh uh
So we gon’ keep everyone moving their feet
So bring back the beat and then everybody sing, it’s not about

It’s not about the money, money, money
We don’t need your money, money, money
We just wanna make the world dance
Forget about the price tag

Ain’t about the cha-ching, cha-ching
Ain’t about the ba-bling, ba-bling
Wanna make the world dance
Forget about the price tag

It’s not about the money, money, money
We don’t need your money, money, money
We just wanna make the world dance
Forget about the price tag

Ain’t about the cha-ching, cha-ching
Ain’t about the ba-bling, ba-bling
Wanna make the world dance
Forget about the price tag

Yeah, yeah
Oh, forget about the price tag
😀

Grains de nacre

Par défaut

Ce collier, c’est pour effacer la fatigue du voyage
Ce collier, c’est pour enterrer la hache de la guerre
Ce collier, c’est pour allumer le feu de la paix
Hé Hé

Grains de nacre, quelques perles sur une ficelle
Tant de beauté lisse et frêle
Grains de nacre dans un monde effrayé
Que la pureté de nos cœurs pour nous protéger
Ce collier pour nourrir tous nos frère, toutes nos sœurs
La foret, l’eau pure et l’aigle malin
Ce collier pour combattre l’ignorance de ceux qui veulent dominer
Hé Hé

Grains de nacre, quelques perles sur une ficelle
Tant de beauté lisse et frêle
Grains de nacre, dans un monde effrayé
Que la pureté de nos cœurs pour nous protéger
Ce collier, c’est pour honorer la mémoire de nos parents
Ce collier, c’est pour honorer l’avenir de nos enfants
Ce collier, c’est pour honorer chacun de la tribu
L’humanité comme des grains de nacre sur un collier
Hé Hé

Paroles de Zachary Richard pour son ami Florent Vollant qui en a fait la musique  et l’interprétation.

L’amour d’un fils pour son père

Par défaut

À un ami qui accompagne son père malade.

Ce n’est ni la fin ni le début qui est important.Tout ce qui se passe entre vous deux au moment ou vous êtes ensemble… c’est ça qui est important.

Que chaque moment, que chaque regard, que chaque parole soit si riche de sens entre vous deux , que même absent, ton père sera encore là avec toi. Courage!

Attrapeur

Par défaut
Je me suis fabriqué de toute urgence un «Attrapeur-de-rêves».
C’est un besoin, celui de rêver. Aussi nécessaire que de se nourrir, de respirer.

Ce monde, le notre, manque cruellement de rêves.

Il nous faut à nouveau créer le possible et surtout, arrêter de se dire « utopique », car c’est laisser notre peur vivre à notre place…

Il est grand temps de rêver!

J’inviterai l’enfance

Par défaut

J’INVITERAI L’ENFANCE
Paroles et musique: Félix Leclerc


J’inviterai l’enfance à s’attarder le temps qu’il faut
Qu’elle empoche des images pour les soirées d’hiver
Pour les longues, longues heures de l’adulte
Qui n’en finit pas de pousser sur l’ennui
Deux clairons dans tes bagages, un air de flûte
Une botte de légumes, du vin, le sourire de quelqu’un mort
Une trace qui mène à l’île perdue
Un anneau d’or
Un masque drôle

Quand absent est l’amour et que tes frères sont morts
Quand présent est le vide et que la nuit demeure
Les rêves sont bien nécessaires
Et les enfants nouveaux poseront dans la main de l’homme seul
Les leurs ouvertes
Chaudes et nues
J’inviterai l’enfance à s’attarder le temps qu’il faut

Nous aurons

Par défaut

Saurons-nous renoncer au connu pour aller vers les promesses que notre cœur pressent


Nous aurons des corbeilles pleines
De roses noires pour tuer la haine
Des territoires coulés dans nos veines
Et des amours qui valent la peine

Nous aurons tout ce qui nous manque
Des feux d’argent aux portes des banques
Des abattoirs de millionnaires
Des réservoirs d’années-lumière

Nous aurons des corbeilles pleines
De roses noires pour tuer la haine
Des territoires coulés dans nos veines
Et des amours qui valent la peine

Nous aurons tout ce qui nous manque
Des feux d’argent aux portes des banques
Des abattoirs de millionnaires
Des réservoirs d’années-lumière

Et s’il n’y a pas de lune
Nous en ferons une.