Archives de Tag: mensonge

L’innocence

Par défaut


Innocence, Cyra Morgan

Take me to where,– Emmènes-moi,
Take me to where the sidewalk ends – Emmènes-moi où le trottoir s’arrête
Hold on to your, hold on to your sweet innocence – Retiens, retiens ta douce innocence
And pray cause every day a little love dies
Et pries parce que chaque jour un petit amour meurt

And young men cry, tears of blood and rage
Et que des jeunes hommes pleurent, larmes de sang et de rage

What fools are we Quels fous sommes-nous
What fools we silly mortals be – Quels fous, nous simples mortels
Ignoring our race, ignoring humanity’s disgrace
– Ignorant notre race, ignorant le déshonneur de l’humanité

Who will we hold on to, when the ground beneath us breaks
– Qui attendrons-nous, quand le sol sous nos pieds s’écroule

If we burn all our bridges, burn them all for shame
– Si nous brûlons tous les ponds, tous brûlés par la honte

Why does the sidewalk, why does the sidewalk have to end?
– Pourquoi le trottoir, Pourquoi le trottoir s’arrête?

Sometimes a boy is wiser than a man – Parfois un garçon est plus sage qu’un homme
Cause you can see there’s still truth behind his eyes
– Car tu peux lire
dans ses yeux que la vérité est toujours là
No pretense and no lies – pas de prétension, pas de mensonge

We wear this disguise – nous portons ce déguisement
Look at the world through narrowed eyes
– ce regard étroit sur le monde, les yeux bridés

Reverie fades – La rêverie se fane
Open hearts join the masquerade – Les cœurs ouverts joignent la mascarade
No, I will not grow cold – Non, je ne vieillirai pas en cœur glacé
Gonna love with all I know – Je vais aimer avec tout ce que je sais
Hold on to the magic – Garder la magie
Let it bring me home. – Qu’elle me ramène chez moi.

Dire

Par défaut

Slip away, Greg Taylor


Je suis fautive, j’ai laissé l’inconnu se glisser entre nous.

Un peu plus loin de toi chaque jour, mes mots souffraient.

Je souhaitais les taire pour que nos retrouvailles soient légères.

Mais je me suis cachée de toi, j’ai caché cette vérité.

Mes non-dits seront tus à jamais, là est l’intervalle.

 

J’ai mué, pris de nombreuses formes,

Luttant contre moi-même, contre les mensonges et les chimères.

Et toi toujours constant, je te savais et te sais toujours présent.

J’entendais chaque jour ta voix en moi

Tel un guide bienveillant qui éclaire le chemin.

Et je garde cette certitude que c’était toi.

 

Tu t’es contenté de mon souvenir,

Chaque jour, chaque instant.

Aujourd’hui, tu ne sais plus qui je suis.

Je ne peux plus te promettre, je n’ai que trop trahis.

 

Aujourd’hui, ton souhait est le silence,

Il est la seule promesse que je dois tenir.

 

A cette douceur du matin, j’accroche une pensée,

L’espoir que demain je te rencontre à nouveau.